Skip to content

Problématique du suicide et de la toxicomanie

- le 9 septembre 2015
Partager cet article

Les personnes qui prennent soin d’un proche toxicomane pensent rarement que celui-ci pourrait se suicider. Généralement, elles craignent une surdose, une blessure, une maladie acquise potentiellement mortelle ou une blessure grave. Mais elles oublient ou ne savent pas que leur proche toxicomane présente un risque de suicide élevé, et ne cherchent donc pas activement à prévenir ce risque.

Au Canada, les personnes ayant des problèmes de toxicomanie sont trois fois plus à risque de souffrir d’une maladie mentale. En fait, plus de 15 % des personnes toxicomanes ont aussi une maladie mentale concomitante. De même, les personnes atteintes de maladie mentale sont deux fois plus susceptibles d’avoir un problème de toxicomanie que la population générale, tandis que 20 % d’entre elles ont un problème de toxicomanie concomitant.

Au Canada, on signale en moyenne 10 suicides par jour et environ 4 000 décès par suicide par année. De plus, nous savons qu'au sein de la population générale, le suicide serait la 9e cause de décès au pays en 2009 et représenterait 23 % des décès dans la tranche d'âge des 15 à 24 ans, la première cause étant les accidents. Avec ces chiffres à l'appui, il est certainement alarmant que si peu de personnes considèrent les risques de suicide élevés des toxicomanes. (Source : CAMH)

Problèmes de suicide des toxicomanes

  • Connaissances insuffisantes de la famille immédiate – Saviez-vous que la variable la plus significative du suicide est l’alcoolisme, et non la maladie mentale? Cela se fonde sur la recherche (source : Psychology Today). De fait, les personnes ayant des problèmes d’abus d’alcool ou d’autres drogues risquent six fois plus de se suicider que la population générale.
  • Moyens de se suicider – le fait d'avoir une dépendance à l'égard d'une substance augmente non seulement le risque de mort par suicide, mais la drogue choisie par le toxicomane est aussi le moyen utilisé pour se suicider. Effectivement, les statistiques démontrent qu’une personne sur trois qui s’est suicidée était sous l’emprise de substances psychotropes comme l’alcool, l’héroïne ou l’oxycodone (source : Psychology Today).
  • Empoisonnement– parmi les décès par suicide, les drogues sont la troisième principale méthode d'empoisonnement. Les chiffres révèlent que 75 % des décès par suicide sont attribuables à l'empoisonnement par les drogues (source : Psychology Today).
  • Perte d’inhibition – sous l’emprise de l’alcool ou des drogues, une personne perd ses inhibitions et prend des risques qu'elle n’assumerait normalement pas. De plus, les gens qui consomment de l’alcool ou des drogues le font généralement pour soulager leurs symptômes d’anxiété, de dépression ou d’autres troubles mentaux. Réunies, ces circonstances aggravent le risque de suicide.
  • La toxicomanie exacerbe ses problèmes personnels – au début, l'alcool et les drogues peuvent soulager la personne, mais à long terme, ils aggravent les problèmes personnels. Prenons l’exemple d’un toxicomane qui essaie d’arrêter de consommer de l’alcool ou des drogues et qui est accablé par la résurgence d’émotions douloureuses. Et parce qu’il a maintenant l'esprit lucide, il pourrait avoir des pensées suicidaires. Les transitions importantes, comme le divorce, un décès, la rechute ou le fait de quitter un centre de traitement ou d’y être admis, peuvent s’avérer difficiles pour un toxicomane.
  • Désespoir – l’abus de dépresseurs, tels que les sédatifs et l’alcool, peut déclencher des symptômes de dépression chez le toxicomane, augmentant son risque d'avoir des pensées suicidaires. Si on ajoute à cela l’accumulation des conséquences de la toxicomanie comme une perte d’emploi, une faillite, la détérioration des relations, voire des problèmes juridiques, le toxicomane peut désespérer que les choses s’améliorent un jour. Pour lui, la seule voie possible est le suicide ou la poursuite de sa consommation de drogues.

Ce sont des problèmes courants de la toxicomanie qui peuvent éventuellement mener au suicide. Évitez de faire preuve de complaisance si un proche devient toxicomane : agissez rapidement en sachant reconnaître les tendances suicidaires et vous pourrez peut-être prévenir le suicide d’un proche.

Balados

Parallel Paths of Suicide & Addiction [en anglais seulement]

Addiction Help: Thoughts of Suicide and GOD Help [en anglais seulement]

Vidéos

Suicide in Canada [en anglais seulement]

Living With Addiction: After Relapse And 3 Suicide Attempts [en anglais seulement]