Skip to content

Comprendre et prévenir le suicide

- le 16 septembre 2015
Partager cet article

Pour la seule année 2011, on enregistrait 3 728 suicides au Canada. En 2009 en fait, le suicide était considéré comme la neuvième cause de décès au pays (Source : Statistique Canada). Chez les personnes âgées de 15 à 34 ans, le suicide représente la deuxième cause de décès au pays, après les accidents (Source : Statistique Canada). Le plus triste au sujet de ces décès, c’est que la majorité des personnes qui se sont suicidées souffraient d'un trouble mental traitable au moment de leur mort. Seulement, leur maladie n’avait pas été diagnostiquée et, de ce fait, n’avait pas été traitée.

Des facteurs environnementaux, interpersonnels et individuels jouent un rôle dans la vulnérabilité d’une personne au suicide. C’est pourquoi il est crucial de comprendre le suicide et de reconnaître les idées suicidaires afin d’empêcher un jour un proche de se suicider.

Qui sont les personnes les plus vulnérables aux idées suicidaires?
  • Douleur et maladies – les personnes qui sont aux prises avec de graves problèmes de santé, comme un traumatisme crânien, le lupus, le VIH ou le cancer sont plus portées que les gens en santé à se suicider. Leur sentiment d'impuissance, de désespoir et même un désir de contrôler leur mort serait à l’origine de leur volonté d’en finir avec la vie. Les effets indésirables des médicaments, l’insomnie et la douleur constituent d’autres facteurs contributifs.
  • Antécédents familiaux – le risque de suicide peut être héréditaire, comme l’indique la recherche médicale. De plus, l'exposition à une tentative de suicide ou à un suicide dans la famille devient un modèle de comportement autodestructeur qui augmente le risque de suicide d’autres membres de la famille.
  • Tentatives de suicide – presque 20 % des personnes qui se sont suicidées avaient déjà tenté de s’enlever la vie (Source : AFSP). Les recherches démontrent que des tentatives antérieures augmentent le risque de décès par suicide.
  • Maladies mentales – les personnes souffrant d’un trouble mental courent généralement un risque accru de suicide. Les personnes atteintes de troubles de la personnalité, schizophrénie, toxicomanie, dépression majeure ou autres troubles de l'humeur courent le risque le plus élevé.
  • Âge et démographie – au Canada, les personnes âgées de 40 à 59 ans affichent les taux les plus élevés de suicides. Chez les personnes âgées de 15 à 34 ans, le suicide représente la deuxième cause de décès au pays. Il a également été signalé que les taux de décès liés au suicide étaient plus bas chez les personnes mariées que chez les personnes divorcées, veuves ou célibataires (source : Statistique Canada).
Signes avant-coureurs de suicide

En général, les gens qui tentent de se suicider présentent un ou plusieurs indices — dans leurs actes ou leurs paroles. Plus le nombre de ces signes est élevé, plus grand est le risque de suicide. Voici donc les signes à surveiller :

  • Humeur : anxiété, humiliation, irritabilité, colère, perte d'intérêt et dépression;
  • Comportement : adopter un comportement agressif, faire don de biens qui leur sont précieux, appeler ou voir ses proches pour leur dire adieu, dormir trop ou trop peu, s’isoler de ses amis* et de sa famille, cesser ses activités, agir avec insouciance, chercher un moyen de se suicider (comme chercher en ligne les moyens ou des matériaux pour le faire) ou augmenter sa consommation de médicaments ou d'alcool;
  • Plaintes : douleur insupportable, sentiment d’être pris au piège, d'être un fardeau pour les autres ou de n’avoir aucune raison de vivre, et menaces de suicide.

Le suicide est une tentative désespérée d'échapper à une souffrance devenue intolérable. Elle semble la seule solution. Cependant, malgré cette situation apparemment insupportable, les personnes suicidaires sont ambivalentes à l’idée de s’enlever la vie et souhaiteraient même un autre moyen de s’en sortir, mais elles n’en voient aucun. C'est pourquoi leurs proches doivent être en mesure de reconnaître leurs idées suicidaires afin d'éviter ces décès dénués de sens.

* Le masculin est employé ici comme genre neutre.

Fichiers balados :

Preventing Suicide in Young People

Suicide Intervention via Anonymous App

Vidéos :

The Terry Wise Story: A Suicide Attempt Survivor

Canadians encouraged to engage in conversation, take action to prevent suicide