Skip to content

Composer avec le suicide

- le 30 septembre 2015
Partager cet article

Composer avec le suicide d’un être cher peut être insupportable. Vous pourriez vous sentir submergé* par des émotions écrasantes de chagrin et de perte, lesquelles sont aggravées par un sentiment dévorant de culpabilité à la pensée que vous n'en avez pas fait assez pour lui sauver la vie. Le deuil des survivants d’une perte par suicide est rendu encore plus difficile par les émotions intenses qu’ils peuvent éprouver,

notamment :

  • Un sentiment de rejet – vous pourriez vous sentir désemparé à la pensée que la qualité de votre relation avec l’être cher n’a pas suffi à prévenir son suicide.
  • La désorientation – d’autres peuvent essayer de comprendre la raison du suicide de leur proche; certains peuvent même y trouver un sens, mais vous, vous n’avez que des questions sans réponse.
  • Le désespoir – vous pourriez ressentir un profond sentiment d’impuissance, de solitude ou de tristesse, voire envisager vous-même de vous suicider.
  • La culpabilité – bon nombre de survivants à une perte par suicide portent un lourd fardeau de culpabilité. Vous jouez et rejouez des scénarios dans votre esprit d’une issue différente si vous aviez fait ou omis de faire telle ou telle chose. D'une façon ou d'une autre, vous finissez par vous culpabiliser de ne pas en avoir assez fait pour reconnaître et arrêter les idées suicidaires de votre être cher.
  • La colère – en plus de la culpabilité, vous pourriez ressentir de la colère contre vous-même pour ne pas avoir reconnu les symptômes suicidaires chez votre proche. Ou encore vous pourriez lui en vouloir de vous avoir abandonné et laissé seul.
  • Le choc et l'incrédulité : ces deux émotions sont souvent les premières à être ressenties lors de la perte d’un proche.

Il est normal et naturel d’éprouver tous ces sentiments à un moment ou à un autre à la suite du suicide d’un être cher. Or, il n’est pas sain de s’y cantonner, car elles risquent de vous entraîner vers la dépression. Essayez plutôt d’entreprendre un processus de guérison durable et supportable.

Comment composer avec le suicide
  • Adhérez à un groupe de soutien – beaucoup de survivants à la perte d’un être cher par suicide ont trouvé du réconfort à parler ouvertement de leurs sentiments, de leur chagrin et de leur expérience. Il existe des groupes de soutien où les participants se rencontrent en personne à dates et heures fixes — plus ou moins fréquemment selon leurs besoins. Il existe également de groupes de soutien en ligne pour les personnes qui préfèrent interagir sur Internet. Si vous vous sentez mal à l'aise au sein d’un groupe, recherchez-en un autre. Voici quelques pistes de recherche :

°groupes de soutien Canada Suicide – rencontres en personne

°Alliance of Hope – groupe de soutien en ligne

°Suicide Prevention – groupes de rencontres en personne au Canada par province.

  • Prenez l'initiative – pour qu’une véritable guérison puisse s’opérer, vous devez prendre l'initiative de parler honnêtement et ouvertement de vos sentiments et du suicide, et même de demander de l'aide. Si vous demeurez passif, même au sein d’un groupe de soutien, la guérison n’aura pas lieu.
  • Honorez l’être cher – c’est une bonne façon de sublimer votre chagrin. Vous pouvez le faire publiquement ou en privé, à vous de choisir. Ainsi, vous pourriez créer un album à sa mémoire, faire le don d'un banc de parc, planter un arbre, écouter sa musique préférée, cuisiner son plat favori, etc. Mais par-dessus tout, la meilleure façon de rendre hommage à un être cher est de prendre bien soin de vous-même.

La guérison peut sembler une route ardue, douloureuse, longue et apparemment sans issue, mais avec de l’effort et l'aide de votre groupe de soutien, elle n'est pas impossible. La bataille n'est jamais vraiment gagnée, mais un jour viendra où vous vous rappelez votre être cher avec une affection dénuée de douleur et de culpabilité.

Fichiers balados (disponibles en anglais seulement) :

Chasing Death: Understanding a Friend's Suicide

Is Someone Close to You Bereaved by Suicide?

Vidéos (disponibles en anglais seulement) :

Finding Hope While Grieving Suicide: With Darla Isackson

Coping with the Aftermath of Suicide

* Le masculin est employé ici comme genre neutre.